Black Friday…and now Cyber Monday !

black-friday-2015-4

Petit à petit la vague a déferlé…idem dans mon esprit. Tout d’abord, ce fut juste quelques informations entendues à droite à gauche, le terme pointé du doigt (et je remercie ceux qui l’ont fait via les réseaux). Puis ce fut « l’invasion ». Samedi j’étais partie pour un week-end pendant lequel j’allais avoir tranquillement une pensée pour mes proches disparus, quand la radio se mit à répéter inlassablement les mêmes mots… »Black Friday, black Friday…Black Friday par ci…par là… »On aurait cru qu’il s’agissait d’une secte. J’étais comme conditionnée, ou tout du moins c’est ce que la publicité tentait de faire. Je résistais et je crois que je lui aurais bien fait un sort à cette radio. Oui je suis comme tout le monde, j’aime pouvoir faire des affaires, surtout à quelques jours de Noël. Mais n’a t’on pas le droit de choisir son jour d’achat, d’avoir l’esprit et le porte-monnaie libre ?Mince alors…Surtout si c’est pour courir dans les magasins et se faire piétiner, ou bien tenter de voler les TV’s des autres (!)…

Black-friday-Wembl_3121002k-large_trans-qVzuuqpFlyLIwiB6NTmJwfSVWeZ_vEN7c6bHu2jJnT8

Et puis se souvient-on des vrais origines du Black Friday ? Oui comme le souligne Economie Magazine ce terme existait dans les années 1960 pour désigner le vendredi qui suivait Thanksgiving, le jour pendant lequel les Américains couraient faire leurs achats  dans les magasins (et continuent à le faire aujourd’hui). En quelque sorte un jour bénéfique pour les commerçants pendant lequel ils sortent du rouge et qui fait référence aussi au fait que lorsqu’ils faisaient leurs comptes à la main ils utilisaient de l’encre rouge lors des périodes de déficits et du noir pour le contraire.

https://www.economie-magazine.com/dossier-25-black-friday.html

Mais on ne doit pas oublier surtout que le Black Friday vient d’encore plus loin. C’était le jour où les esclaves noirs étaient bradés sur la place publique par leurs maîtres américains blancs avant leur départ pour l’Afrique pour en attraper de nouveaux.

 

Tout de suite tout ça donne moins envie d’apprécier le Black Friday n’est-ce pas ? Doit-on vraiment dire tout le temps oui au consumérisme omniprésent ? D’autant plus que revient sur le devant de la scène la thématique de l’esclavage avec ce qui se passe en Lybie.

Puis voici que tout ça n’est pas fini car voilà que commence la Cyber Week avec le Cyber Monday. Encore un terme de marketing venu tout droit des Etats-Unis. STOOOP !!!Allez d’ailleurs je publie ce post et j’en termine avec l’ordinateur pour ce soir !

 

2021, un peu de lumière !

Une nouvelle année, du changement…c’est ce qu’on peut se souhaiter et c’est ce qui va arriver…Bientôt une nouvelle opération. Je suis retournée voir le chirurgien. Et là je suis tombée de haut, enfin de pas si haut que ça vu que j’étais assise…J’y allée fingers in the nose comme on dit, en me disant ça va être au pire chimio si dans les analyses il restait quelque chose de pas bon. Mais cette nouvelle je ne l’avais pas vu venir…aussi retentissant que le mot de 6 lettres, et avec la fatigue aidant, je me suis mise à pleurer. Des petits satellites traînaient autour de ce qui a été enlevé, comme ceux traînant autour de la terre. Le chir prend tout son temps pour m’expliquer. Il va falloir m’enlever le sein, par précaution, pour éviter d’être dans le doute si à ma prochaine mammo tout va bien alors que ces satellites sont là, prêts à attaquer.

Je n’y étais pas préparée. Il va me falloir faire le deuil de mon sein. J’en parle, je demande avis à des personnes passées par là pour connaître les émotions par lesquelles elles sont passées. Puis le stress latent, même si jen n’en ai pas l’impression, continue à faire de mes nuits des nuits trop courtes à mon goût. Fatigue…puis examens complémentaires. Découverte de celui qui manquait à la panoplie, l’ami Scan, et non pas Stan. Maintenant que je connais la fameuse machine, autant dire que Scan ce n’est rien. J’avas presque envie de m’endormir sur la table ! Scinti est là aussi. Par contre, attendre deux heures moitié salle d’attente, moitié voiture après l’injection et avant de faire les radios, c’est un peu long !

Puis en décembre, re chir, et là oufff rien de plus mauvais ! Je lui dis en rigolant que tant mieux, car je ne viens pas le voir à chaque fois avec de mauvaises nouvelles à la clef. Je passe aussi à la case prothésiste et soutiens-gorges post opératoires. Je commence à me faire à l’idée qu’il va me falloir porter une prothèse, sûrement un bout de temps avant la reconstruction si la radiothérapie est là avant. La spécialiste est sympa, elle donne des conseils, écoute. L’intervention est prévue le 19 janvier. Une fin d’année tranquille en attendant. Plus de confinement depuis quelque temps, on peut enfin bouger, aller voir la mer (20kms!) puis aller plus loin. Revoir les amis, le tout en faisant très attention. Allez une nouvelle année s’annonce, du changement comme je disais. Je suis un peu Mme Lumineuse (et le prénom Estelle ne veut-il pas étoile), assez pétillante, aimant chanter, danser, bouger en gros. J’avais perdu un peu de ma lumière, mais je la retrouve petit à petit, avec des nuits retrouvées, du positivisme à fond. Allez, quand faut y aller faut y aller !

Savoir prendre soin de soi

Après une opération comme celle que j’ai subi il faut apprendre à se recentrer sur soi et ce n’est pas évident, surtout lorsque comme moi on ne tient pas trop en place. Premiers jours déjà il faut dire quelques douleurs, ça tire, et ma nouvelle amie s’appelle poche de petits pois surgelés, pendant deux jours avant de passer par une vraie poche de froid. Mon programme : canapé, séries, sieste. Puis deux jours après l’opération première venue de l’infirmier. C’est bien car c’est rassurant. Je ne peux regarder la cicatrice que le lendemain. Je pensais être plus perturbée mais ça va. Le chirurgien a fait un boulot top, les douleurs s’estompent petit à petit et la cicatrice est plutôt belle. Je reprends la marche. Ce qui est dur : le confinement. Même si je suis maintenant une personne à risques et que j’aurais fait de toute manière très attention, ne pas pouvoir voir plus de monde pour se changer les idées, être limitée dans le rayon de marche (bien entendu je ne vois pas faire malgré tout 10 km d’un coup), c’est compliqué. Mes nuits sont parfois un peu courtes car on ne dirait pas mais le stress est là, inconsciemment. Allez bientôt le rendez-vous chez le chirurgien pour le suivi.

Je suis toute scintillante et dans les starting blocks

J’ai trouvé le jeu de mots plutôt original pour parler de la scintigraphie. Encore un examen que je ne connaissais pas ! Pas grand chose à dire, à part que vous ne scintillez pas vraiment, sauf à la radio. Allez hop encore une petite injection la veille de l’intervention, attente de 15 minutes, puis radio pour cibler le ganglion sentinelle et enfin quelques minutes d’attente pour les résultats qui seront transmis au chirurgien le jour de l’intervention.

Prête pour l’opération maintenant, j’ai vraiment envie d’y aller, d’enlever ce petit crabe ! Le jour de l’opération est là et en toute décontraction ou à peu près je veux juste qu’on m’opère, je compte les heures. Entre le moment où la radiothérapeute prépare le terrain pour le chirurgien (« plots » plantés dans le sein, dessin fait) et celui où l’on vient me chercher dans ma chambre, j’avais même peur que l’on m’oublie tellement je veux y aller. L’anesthésie générale ne me fait pas peur, j’en ai déjà subi 3. Je vais faire un petit dodo pépère et je me réveillerai et on s’occupera de moi. Vêtue de ma tenue bleue du tout dernier chic, en faisant attention de ne pas mettre la culotte sur la tête, j’attends en salle pré opératoire. Le chir vient et en regardant les résultats du second IRM et le positionnement fait par la radiothérapeute hausse les yeux car la partie à enlever est un peu plus grande. Il parle de challenge ! J’arrive à en rigoler. Redessin sur le sein de la zone à enlever, et zou on me téléporte vers la salle d’opération. A peine le temps de quelques minutes, et je suis endormie. Réveil tranquille, j’ai même tapé un petit roupillon dans ma chambre ensuite, endormie par les calmants. Conseils par l’équipe pour le retour à la maison, car tout se fait en ambulatoire. Je ne regarde pas quand on me change le pansement, pas envie encore, trop récent. Il est temps en début de soirée de repartir dans mes pénates, nouvelle étape.

Et après le mot de 6 lettres ?

Bon après ce mot (avec lequel malheureusement je n’ai pas assez de lettres pour faire un scrabble!), voici venu le temps…non pas des rires et des chants mais de la digestion, une bonne digestion car le plat servi était un peu lourd ! J’en parle, je pleure, et puis j’essaie de positiver, ce qui est quand même l’un des atouts de ma nature, mais parfois ce n’est pas facile ! Mais c’est vrai que l’une des questions qui me vient c’est « pourquoi moi »? Il n’y a pas de vrai raison m’a t-on dit. J’ai posé la question du « pourquoi moi » à mon médecin ma gynéco, mon psy…tous m’ont répondu pareil. Ce fichu cancer (car oui il faut dire le mot) couvait là, tranquille, et hop un jour il décide de se déclarer car il n’a rien d’autre à foutre le gars lol ! Oui je m’ennuie un peu, là, entre deux eaux, allez, si j’éclatais au grand jour ! Il faut maintenant avancer, faire avec, et faire tout pour qu’il disparaisse et que ça ne reste qu’une mauvaise période. J’en aurais fait en tout cas des analyses, découvert des machines…et ce n’est pas fini !

Re rendez-vous avec Mme Sie, pour vérification d’une seconde zone, vue avec l’inénarrable Rocky Machine, puis re avec mon chirurgien pour positionner la date d’intervention. C’est parti !!

Avant l’opération, je précise que je suis repassée voir l’Inénarrable, elle me manquait trop (pfff!) ! Failli louper l’examen car juste reçu l’info par mail. Et oui il fallait bien repérer la fameuse zone !

La suite au prochain épisode !

Episode oublié : L’inénarrable Rocky Machine

J’avais oublié dans mon empressement le fameux épisode de la Rocky Machine. A vrai dire j’ai peut-être fait exprès, car j’aurais préféré oublier (!). Bien sûr, avant de me laisser ingérer dedans, j’ai fait ce qu’on ne devrait pas faire : regarder sur le net à quoi cette fameuse machine ressemblait. Un petit coup de stress donc, car j’avoue que je pense être un peu claustro sur les bords ! Alors on m’a injecté un produit, je me suis allongée sur le ventre (plus pratique pour analyser la poitrine), le masque sur la bouche à cause de ce fichu virus, et là je me suis doublement dit : OMG, mais je vais flipper et suffoquer allongée ainsi ! Donc aucun rapport avec l’image qui accompagne cet article. Je n’ai pas eu du tout l’envie de chanter (surtout du Hélène Ségara !!) et je n’avais même pas de musique dans le casque, ce que j’aurais voulu et que j’ai demandé pour mon second IRM (mais ça n’a pas fonctionné, je n’ai eu droit qu’à des micro grésillements !). Cela n’a pas manqué, pas détendue du tout, j’ai du mal à respirer et surtout, surtout, c’est quoi ces bruits horribles ! On a l’impression d’être en plein milieu de travaux routiers, ça y’est je me suis reconvertie, je travaille sur les routes lol ! Je ne vais pas le cacher, j’ai bippé deux fois car WTF, on a un casque et j’ai l’impression que ça ne cache aucun bruit ! Je pense que j’ai dû un peu taper sur les nerfs des deux personnes qui me faisaient passer l’examen lol !

Un petit mot de 6 lettres

Le fameux petit mot que j’attendais je l’ai entendu finalement en ce rendez-vous d’octobre avec le gynécologue chirurgien, que je ne connaissais pas. Il m’a demandé ce que j’avais compris, je n’ai pu que lui dire que je n’ai pas tout compris, enfin j’avais compris mais pas d’une manière claire, et surtout parce que je n’avais pas reçu en pleine face ce petit mot qui pourtant m’aurait fait du bien. Mais il est donc arrivé, et ouahhhh quand on ne s’attend pas à l’entendre ça bouscule quand même. J’étais bien moi avec mes calcifications, mon petit réconfort tout doux qui me permettait de me dire que finalement ce n’était rien tout ça ou en tout cas juste un début. Mais je remercie mon « nouveau » médecin, humain, d’avoir su trouver le mot et les mots.

Rose Bonbon la suite

Suite des aventures….après avoir rencontré Compression Boy et sa copine Melle Echo, voilà le troisième comparse auquel j’ai eu droit, Mme Sie (Biop de son prénom). Très particulière celle-ci, car elle est sournoise, vous ne sentez rien, mais finalement vous avez quand même un peu mal à suivre…Après une entrevue courte avec Melle Echo, Mme Sie se présente à vous par les biais des mains expertes de la radiothérapeute qui prend son temps pour bien cibler le point qu’elle va viser, et hop, c’est fait ! Bon ok, et après ? J’ai juste l’impression que le rendez-vous ayant été pris rapidement, je fais soudainement partie d’un public prioritaire, mais pas le temps de goûter à cette « joie », car le doute affleure un peu. Oui mais pourquoi ? Moi qui suis très positive, je veux croire que cette analyse ne veut rien dire et qu’il n’y a pas de raison de s’inquiéter. Alors, fingers crossed ! De toute manière on ne me parle pas de choses claires, ou pour être plus précises il s’agit plutôt de jargon médical que moi j’ai sûrement du mal à comprendre.

Nouvelle étape une dizaine de jours après, début octobre, avec la visite chez mon spécialiste, histoire de comprendre car elle aura eu des résultats. En fait le plus bizarre c’est que j’ai cru comprendre sans trop comprendre, car ok j’ai des microcalcifications positives (je sais toujours pas totalement comment elles se forment !) et a priori il faut enlever, mais enlever quoi ? J’ai peur de saisir ce que cela veut dire, mais il manque un mot qui n’est pas dit. Certainement pour ne pas me faire trop peur, je le comprends, mais moi j’aimerais bien savoir…Annonce familiale avec les termes que j’ai compris, sans encore utiliser le mot de 6 lettres.

La suite au prochain numéro…

Rose bonbon part 1

Voici que je me relance dans l’écriture, j’espère que vous apprécierez !

« Comment commencer cette histoire ? Dans le monde des machines, tout le monde connaissait Compression Boy ! Il adorait torturer tout ce qui lui était présenté, même l’espace de quelques minutes…Et zou une poitrine, et zou une autre ! Bon en fait nous ne sommes pas dans le monde imaginaire mais bien dans le monde réel. Et cela n’a rien de sexuel je précise ! Cette journée avait commencé comme les autres…ah non pas tant que ça, aujourd’hui j’allais me faire un peu malmener la poitrine par ce Compression Boy bien réel . Youpi !!! Après le temps passé à trouver un fichu rendez-vous, et quelques mois qui avaient défilé à cause de ce fichu confinement, j’allais adorer pouvoir profiter de quelques minutes de compression. Me voilà donc partie, l’air de rien. Préparation pour passer devant Compression Boy…ne respirez plus…respirez ! (et heureusement d’ailleurs !). Puis direction une salle ajdacente, pour la seconde partie avec Melle Echo. Là ça fait moins mal, donc on se détend…ah mais non, parce que le radiologue trouve les éléments bizarres à l’écran, d’ailleurs je ne comprends rien à son jargon ! Des calcifications à cet endroit, mais les calficications c’est pas en rapport avec les os ? Il me dit qu’il va chercher sa collègue et là ça tourne un peu dans la tête. Ah bon, et pourquoi, ils ont besoin d’être deux ? Elle vient à son tour inspecter l’écran, parle aussi le même jargon incompréhensible, et me dit qu’elle va me programmer une biopsie (c’est quoi ça encore) et rapidement la semaine prochaine. Ok, moi je ne fais qu’obéir, et je quitte l’établissement un peu circonspecte, avec une ordonnance sous le bras et des idées plein la tête. Pas d’inquiétude, juste des questionnements. Et puis je suis quelqu’un de positive, alors…

Good times

Je laisse passer parfois le temps…et je me rends compte qu’il est temps d’écrire de nouveau. En ce début du mois d’août je suis partie avec ma fille dans la Sarthe profiter de quelques jours de ma famille (frère et soeur, cousins, tante et père…). Avec également deux jours sur Tours pour un séminaire boulot et rencontrer enfin mes collègues avec qui je n’échange que par téléphone, mail …(un très chouette séminaire !).

Une semaine entre parenthèses…un lieu de mini vacances bien agréable, perdu au milieu de la campagne et des moutons qui ressemblent à des rochers (!). Voici quelques photos pour vous donner peut-être envie aussi de partir vers la Sarthe. Entre verdure, forêt, vaches, château, et kayak, un petit aperçu…

 

Fake it untill you make it — Cultur’elle : Partage sur l’idée de changement

Désolée pour le titre en anglais, mais ce mantra (utilisé par beaucoup de coach américains) est assez difficile à traduire. Ça pourrait donner quelque chose comme « feins-le jusqu’à ce que tu le fasses vraiment » ou « fais semblant jusqu’à ce que ce soit vrai ». Enfin vous voyez. Non ? En fait, à un moment, quand on […]

via Fake it untill you make it — Cultur’elle

Je me « mets un coup de pied »pour repartager sur ce blog. Moins l’envie, pas le temps…mais ce post sur le changement m’a intrigué…pour moi le changement fait partie intégrante de nous car on évolue constamment. Et le changement en ce moment, après ces périodes de confinement, serait bienvenu, car on l’a souhaité pour nous, pour notre société. Bonne lecture…