Les cafés silencieux!

Original…un peu de silence dans ce “monde de brutes”…oui ça se passe encore au Japon, mais ils ont des idées qui peuvent être à tester. Boire un café dans le calme, pour échapper au stress ambiant, pourquoi pas ?. Chuuuuut….

茉莉音chan Marionchan

Allons au café ! Oui mais sans parler.

Certains cafés japonais ont instauré des périodes “shizu” (c’est à dire “calmes/tranquilles”) durant laquelle les conversations sont interdites.

C’est le cas du café Keshipearl de Kobe où le gérant Tatsuya Nishiyama a mis en place cette période de silence il y a trois ans lorsqu’il s’est rendu compte que la clientèle augmentait mais que le bruit rendait son café moins agréable: « Le café était devenu moins relaxant pour les clients réguliers venus profiter d’un moment de calme », explique-t-il. Le bouche à oreille a fonctionné et de plus en plus de clients ont commencé à venir pour profiter de leur café en silence. Les périodes shizu ont lieu de 20 à 22h, les vendredis et samedis

La clientèle est constituée à  70% de femmes de 20 à 40 ans qui restent en moyenne 1h30 à 2 heures pour lire un livre…

View original post 302 more words

L’hôtel étrange : des robots pour plus de chaleur humaine (au Japon)

Très bizarre, on se croirait dans Real Humans…à lire

茉莉音chan Marionchan

Voici un hôtel étrange (d’ailleurs c’est son nom hen na hotel = hen veut dire bizarre en japonais mais leur site propose une traduction différente “evolve hotel”) situé dans le parc d’attraction de Huis Ten Bosch à Nagasaki au sud du Japon dans l’île de Honshu.

Huis Ten Bosch (ハウステンボス) est un parc à thème très connu au Japon situé dans la préfecture de Nagasaki. Situé sur l’île Hario dans la partie méridionale de Sasebo, il a ouvert en 1992 . Il recrée les paysages des Pays-Bas en montrant des copies taille réelle de vieux bâtiments néerlandais. Le nom Huis Ten Bosch signifie « Maison dans la Forêt ». Il est baptisé d’après le palais du même nom, une des quatre résidences principales de la famille royale néerlandaise situées à La Haye aux Pays Bas.

Les japonais peuvent voyager sans sortir de chez eux et voir des bâtiments de style néerlandais, des hôtels…

View original post 166 more words

Canton Arms Pub, 177 S Lambeth Rd, Londres, Royaume-Uni

Oui encore un article que je vous conseille sur nos amis d’ Outre Manche…je ne peux pas renier mes goûts et ma formation. Et je défends les pubs anglais authentiques ! Et je sais que je suis rejointe par bon nombre des mes proches sur ce point, n’est-ce pas ? Alors oui moi aussi j’essaierais bien le haggis (car j’avoue je n’ai encore pas testé ) mais par contre avec un grand verre de cidre, qui d’ailleurs me fait à chaque fois légèrement tourner la tête, plutôt qu’une bière. Ça y’ est j’ai envie de partir en voyage…

Comité d'Evaluation des Cuisines du Monde

Les pubs Anglais sont en train de disparaître. Et oui, même nos voisins d’Outre-Manche préfèrent le café des Starbucks aux bières. Alors quand j’ai découvert que Canton Arms était vraiment un lieu authentique et qu’en plus, il servait du haggis, la panse de brebis farcie, je peux vous dire que je me suis précipité. Seule concession à la modernité, le plat Écossais est servi entre deux toasts. Je vous vois faire la grimace d’ici mais non, ce n’est pas mauvais, c’est même très bon. Accompagné d’un bière au gingembre, d’un thé et d’une vraie bière, vous avez un encas typique dans un cadre vraiment unique, où le bar et ses nombreuses bouteilles procurent un sentiment de dépaysement le plus total.

Le Lundi de 17h à 23h et du Mardi au Dimanche de 11h à 23h.

_DSC4016_DSC4028_DSC4052_DSC4025_DSC4049_DSC4031_DSC4059_DSC4047_DSC4062_DSC4021_DSC4056

View original post

Retour…en musique

Oui oui je sais je me suis absentée quelques jours…moins le temps, besoin d’une petite pause aussi…Mais je vous rassure il n’y a pas que par ici que je m’étais absentée. Moins de Facebook aussi, un peu lassée peut-être. Les”likes” et “posts” se sont donc espacés, mais me voilà de retour en fanfare. Je n’allais quand même pas vous “abandonner” (!).

Voici pour deux photos prises hier pour la Fête de la Musique. Pour moi c’était aussi Fête des Pères en même temps hier soir à Saintes. Car dans la famille on chante et je me devais donc d’aller écouter les mélodieuses Voies d’Eole.

WP_20150621_007

(en passant dans les rues…)

WP_20150621_011

(et non je n’étais pas partie en Angleterre, juste à Saintes)

Deux photos qui me laissent songeuses

affiche-pub

a7978bbc7fc37041993d7cde4be95aecCe soir pas beaucoup le temps et l’inspiration pour écrire, mais ces photos m’inspirent en tout cas…la première me fait penser qu’encore une fois les américains ont plus d’humour que nous. Une promo dans un magasin en exprimant ses idées politiques ? Bonne idée. La deuxième est rassurante. Se rappeler que l’on est comme on est, onf ait ce que l’on fait, dans un certain sens il n’y a pas d’erreurs…à méditer. Merci Jon Bon Jovi.

Illustres illustrateurs : Chimera de Lorenzo Mattotti

de paysage en paysage

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Lorenzo-Mattotti-1988

   Lorenzo Mattotti vit et travaille à Paris. Après des études d’architecture, il s’est consacré à la bande dessinée dont il est aujourd’hui un des plus grands représentants à l’échelle internationale. Publié dans toutes les plus importantes revues graphiques, ses livres sont traduits dans le monde entier. De “Incidents” à “Le signor Spartaco“, en passant par “Feux”, et tant d’autres jusqu’à “Le bruit du Givre”, le travail de Mattotti a évolué avec cohérence, éclectisme et innovation. Pour les enfants, il a illustré et publié “Pinocchio” de Collodi, “Le pavillon sur les dunes” de Stevenson, et “Eugenio” qui a été récompensé en 1993 par le Grand Prix de Bratislava. Mattotti a aussi travaillé dans le domaine de la mode pour la revue “Vanity”, réalisé des campagnes publicitaires et dessiné les couvertures de revues telles que “The New Yorker”, “Le Monde”, “Suddeutsche Zeitung”. En 1995, le Palazzo delle Esposizioni de Rome…

View original post 261 more words

Mara

de paysage en paysage

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Le mara ou mare est un spectre malveillant dans le folklore scandinave. Il est à l’origine du français cauchemar et de l’anglais nightmare.

Jorge Luis Borges - Jaguar   Jorge Luis Borges

Rêve circulaire

Le grain de sable

    Un jour ou une nuit – entre mes jours et mes nuits, quelle différence y a-t-il? – je rêvai que, sur le sol de ma prison, il y avait un grain de sable. Je m’endormis de nouveau, indifférent. Je rêvai que je m’éveillais et qu’il y avait deux grains de sable. Je me rendormis et je rêvai que les grains de sable étaient trois. Ils se multiplièrent ainsi jusqu’à emplir la prison, et moi, je mourais sous cet hémisphère de sable. Je compris que j’étais en train de rêver, je me réveillai au prix d’un grand effort. Me réveiller fut inutile : le sable innombrable m’étouffait. Quelqu’un me dit : « Tu ne t’es pas…

View original post 110 more words

“Welcome to… the Hotel Mitsui”

japon-hotel-pleurs

Un air d’Eagles pour parler d’un hôtel particulier. Ça plaira peut-être ( ou pas) à mes derniers followers japonais. On sait que du côté du Pacifique on a tendance à peu montrer ses émotions. C’est pourquoi l’hôtel Mitsui Garden Hotel Yotsuya à Tokyo propose des chambres pour pouvoir librement se laisser aller à l’abri des regards.

Des chambres équipées d’une douzaine de films tristes : “Forrest Gump”, “A tale of Mari and Three Puppies” par exemple. Le dernier est l’histoire d’un chien et de ses trois chiots qui survivent à un tremblement de terre…Quoi, ça ne vous fera pas pleurer ?! Ben oui ils sont bizarres ces japonais…En plus des films vous trouverez des mouchoirs et un vanity dans les chambres pour se refaire une beauté. Car oui elles ne sont réservées qu’aux femmes car les hommes ne pleurent pas (ah bon ? ). Le coût : 10 000 Yens japonais la nuit (ou la journée), soit 75 euros.

Pourquoi ne pas juste pleurer tranquillement chez soi me direz-vous ? J’avoue, je n’ai pas la réponse…Bon a priori les gérants de l’hôtel parlent de chambres anti-stress de manière générale et ne spécifient pas que les japonaises viennent là uniquement pour oublier un chagrin d’amour. Une séance chez un psy serait peut-être moins chère ? Une discussion avec une amie qui vous prêtera une oreille bienveillante ? Ou un bon coup dans un punching ball ?

En tout cas, les hôtels de la chaine semblent donner de l’importance aux femmes. Car ces chambres ont remplacé certaines déjà nommées “ladies moderate single rooms”. Des endroits étudiés notamment pour que les femmes travaillent. Et les hommes dans tout ça ? L’hôtel Garden Hotel Ginza propose aussi des chambres pour les ” ladies wishing to spend a relaxing time with loved-ones or friends”. Ah bon?!

Pour finir, d’autres hôtels originaux bien connus existent déjà au Japon : les “love hotels” sont des hôtels de “courte durée” réservés aux couples en recherche de lieux “discrets” . Ils sont très populaires dans le pays. Autant que les ‘cuddle cafe’  ou cafés à câlins qui ont ouvert récemment à Tokyo et qui permettent à un homme de s’allonger près d’une femme. Il pourra juste la regarder pendant une minute ou lui caresser les cheveux pendant trois minutes.

Si un japonais a besoin de câlin, il peut aussi se rendre dans les cafés à chats ou à lapins qui permettront à ceux qui n’ont pas d’animaux de pouvoir en caresser.

J’arrêterai là la liste, car elle est encore longue, entre bar à robots, à boîtes à conserves…ah ces japonais !

Un jeudi anglais avec de la poésie de John Keats

Amis de la poésie…

Les lectures d'Asphodèle, les humeurs et l'écriture

chromo oiseau couronné ana-rosa(1)Pas facile de trouver sur le Net, des auteurs contemporains anglais ET traduits. Je n’ai qu’un recueil de poésie anglaise et il se trouve qu’il s’agit d’un irlandais (Yeats), shame, on ne va pas tout mélanger ! Je vous présente  donc le jeune Keats, mort de tuberculose à 26 ans, et qui vécut les cinq dernières  années de sa vie (1816-1821), intensément, donnant toute la place à cette poésie flamboyante qui le dévorait comme la tuberculose qu’il avait contracté avec son jeune frère, décédé en 1818. Elle a fait des ravages. Keats avait (malgré son jeune âge), écrit son épitaphe que je trouve à l’image de sa vie : brève et bouleversante. C’était un vrai Romantique, pauvre de surcroît, méconnu de son vivant mais ami de Shelley (qui est mort un an à peine après lui, en Italie également, noyé et l’on retrouva un recueil de Keats dans la poche…

View original post 274 more words