Non mais tu me prends pour une valise ? Le parler Québecois pour rire !

Bonsoir !!

Allez pour un retour tonitruant ( ! ) j’ai décidé de faire dans l’humour !! Ça fait du bien, surtout en ce début de semaine. Alors je suis partie vers l’Ouest, loin chez nos cousins québecois pour vous faire partager un lien avec des expressions drôles qui ne veulent pas dire souvent ce que l’on pense. Saviez- vous que ” j’ai le feu au cul = je suis enragé” ou que ” j’ai déjà vu neiger avant toi = j’ai de l’expérience”, ou même quetire-toi une bûche =  viens t’asseoir“, sans parler de “Capot de chat = manteau en fourrure de chat sauvage” …Bon allez le plus drôle restant “tu me prends pour une valise ?” pour  “tu te fous de moi”!! Ah ah j’adore ces québecois !!
http://legrenierdebibiane.com/participez/Expressions/quebec.html

/makroutgirl.files.wordpress.com/2015/11/wp-1448905571352.jpeg”>image

Advertisements

Soyons impertinents !

12226948_902110423206869_5494883699355819188_n« Un fil conducteur impertinent »…Ces mots qualifient souvent les œuvres d’Hanoch Levin, l’auteur de scènes que nous avons joué de jeudi à samedi dernier avec mes copains de l’Epithé’âtre à Rochefort. L’impertinence, la culture gagnant contre l’obscurantisme, et quelques mots de cette pièce repris selon le fil conducteur, pour parler de cette soirée du samedi, pas comme les autres… Pas seulement parce que c’était « la dernière » de « Puzzle », mais parce que nous pensions au dernier soir que 129 personnes avaient connu la veille…

« Avec le Puzzle de ces visages dans la tête, tous ces gens, ces jeunes surtout d’ailleurs, qui avaient encore toute la vie devant eux et ne pourront plus maintenant boire un verre, chanter, danser, rire, nous sommes rentrés dans cette salle. Oui on aurait pu se dire « Je suis déjà pris » , une bonne excuse pour ne pas jouer. Et tous ceux qui avaient déjà des rendez-vous qu’ils ne pourront plus honorer alors ? Quelle horreur, quelle horreur…Les « pas ce soir » seront donc reportés à une autre fois. Courage et détermination ! Allons faire nos apparitions sur scène, et emm…tous les terroristes ! Le temps s’est arrêté pour certains, mais la vie continue, la vie est belle, et ils ne peuvent pas nous enlever tous ces moments ! On peut essayer de recoller les morceaux. Faisons des réunions, et passons à l’action. Pas d’erreur, il faut que les choses changent. Mais nous nous ne changerons pas. Nous prendrons toujours autant de plaisir à ouvrir la porte d’un théâtre aux spectateurs. C’est ça aussi la magie d’un spectacle, c’est être séduit par un lieu, des mots, des acteurs. La séduction tout court aussi, c’est important, et surtout pas interdit. On a le droit d’aimer, et d’aimer qui on veut, de jouer, de manger, de boire, de chanter, de danser. A Paris, mais partout en France, et aussi à Londres, à Tokyo, à Madrid, à Oslo, à Washington, à Beyrouth, à Sidney…Comme Mme Koptz on a couru dans ce théâtre de la Coupe d’Or, en haut, en bas, de droite à gauche. On est montés, descendus, dans les émotions aussi… Un peu de lumière Albert pour mieux se rendre compte de tout ce qui arrive. Les survivants, ceux qui sont peut être encore en train d’être opérés, vont avoir du mal à s’en remettre, c’est sûr. Un mec, une fille, des gens comme vous et moi, et dont la vie a basculé aussi. Le voyage au pays du hard rock n’a pas été formidable cette fois, mais la musique continuera malgré tout à retentir. Un café pour oublier tout ça, comme pour se réveiller d’un mauvais rêve ? Mais dans la vraie vie, il n’y a pas forcément d’histoire, parfois juste la triste réalité. Allez, il ne nous reste plus qu’à vous saluer, vous tous là-haut maintenant. La pièce est finie, mais on vous le promet, on continuera à jouer. »

Partagé depuis WordPress

Howdy, Stranger . . . ! – http://wp.me/p2cmE-pW
En ce jour de commémoration,  un passage par ce petit article de WordPress lié à un autre sujet d’actualité  : ces étrangers partis il y a fort longtemps sur d’autres terres et qui y sont enterrés aujourd’hui. Le changement, être loin de chez soi, et souvent un choix qui n’en est pas un. Un autre élément qui m’a fait penser à  ce sujet  : une peinture de Turner sur laquelle je suis tombée avec mon frère à la National  Gallery de Londres il y a deux semaines. Calais Pier, fin 18 ème, et déjà des évocations de bateaux en difficulté, Calais…Une découverte intéressante…

image