Black Friday…and now Cyber Monday !

black-friday-2015-4

Petit à petit la vague a déferlé…idem dans mon esprit. Tout d’abord, ce fut juste quelques informations entendues à droite à gauche, le terme pointé du doigt (et je remercie ceux qui l’ont fait via les réseaux). Puis ce fut “l’invasion”. Samedi j’étais partie pour un week-end pendant lequel j’allais avoir tranquillement une pensée pour mes proches disparus, quand la radio se mit à répéter inlassablement les mêmes mots…”Black Friday, black Friday…Black Friday par ci…par là…”On aurait cru qu’il s’agissait d’une secte. J’étais comme conditionnée, ou tout du moins c’est ce que la publicité tentait de faire. Je résistais et je crois que je lui aurais bien fait un sort à cette radio. Oui je suis comme tout le monde, j’aime pouvoir faire des affaires, surtout à quelques jours de Noël. Mais n’a t’on pas le droit de choisir son jour d’achat, d’avoir l’esprit et le porte-monnaie libre ?Mince alors…Surtout si c’est pour courir dans les magasins et se faire piétiner, ou bien tenter de voler les TV’s des autres (!)…

Black-friday-Wembl_3121002k-large_trans-qVzuuqpFlyLIwiB6NTmJwfSVWeZ_vEN7c6bHu2jJnT8

Et puis se souvient-on des vrais origines du Black Friday ? Oui comme le souligne Economie Magazine ce terme existait dans les années 1960 pour désigner le vendredi qui suivait Thanksgiving, le jour pendant lequel les Américains couraient faire leurs achats  dans les magasins (et continuent à le faire aujourd’hui). En quelque sorte un jour bénéfique pour les commerçants pendant lequel ils sortent du rouge et qui fait référence aussi au fait que lorsqu’ils faisaient leurs comptes à la main ils utilisaient de l’encre rouge lors des périodes de déficits et du noir pour le contraire.

https://www.economie-magazine.com/dossier-25-black-friday.html

Mais on ne doit pas oublier surtout que le Black Friday vient d’encore plus loin. C’était le jour où les esclaves noirs étaient bradés sur la place publique par leurs maîtres américains blancs avant leur départ pour l’Afrique pour en attraper de nouveaux.

 

Tout de suite tout ça donne moins envie d’apprécier le Black Friday n’est-ce pas ? Doit-on vraiment dire tout le temps oui au consumérisme omniprésent ? D’autant plus que revient sur le devant de la scène la thématique de l’esclavage avec ce qui se passe en Lybie.

Puis voici que tout ça n’est pas fini car voilà que commence la Cyber Week avec le Cyber Monday. Encore un terme de marketing venu tout droit des Etats-Unis. STOOOP !!!Allez d’ailleurs je publie ce post et j’en termine avec l’ordinateur pour ce soir !

 

Advertisements

De retour…

Oui après quelques temps me voici de retour…merci aux conseils reçus d’ailleurs (!). Avec mon goût des voyages, d’horizons lointains et ma gourmandise je ne pouvais pas ne pas commencer en vous faisant rêver. Direction l’Italie et un célèbre café par ce post du blog Comité d’évaluation des Cuisines du monde. Bonne dégustation ou plutôt bonne lecture !

https://www.google.com/maps/embed?pb=!1m18!1m12!1m3!1d2817.781172212866!2d7.684612115750233!3d45.06994996768375!2m3!1f0!2f0!3f0!3m2!1i1024!2i768!4f13.1!3m3!1m2!1s0x47886d7073116679%3A0x56bcd31b4ccc675b!2sCaff%C3%A8%20Mulassano!5e0!3m2!1sfr!2sfr!4v1508417700448

Le café Mulassano est une institution à Turin, aussi ancien que la ville avec son café et ses petites pâtisseries. J’ai adoré et l’accueil a été adorable.

via Caffè Mulassano, Piazza Castello, Turin, Italie — Comité d’Evaluation des Cuisines du Monde

Films, films

En parcourant  WordPress, je suis tombée sur un article parlant du Festival du film de Boston qui va bientôt voir sa nouvelle édition arriver. Voici d’ailleurs le lien vers l’organisation du festival : http://iffboston.org/. Intéressant, et des idées de films à aller voir.

Every year for the last five years, springtime has provoked a transformation of sorts in me, or maybe more accurately provoked my unabashed and kinda obnoxious excitement. If you’ve been keeping up, you can probably guess why: Spring in Boston means Independent Film Festival Boston, which means that for a week or so, Andy gets […]

via It’s (Almost) Independent Film Festival Boston Time, Y’all — A Constant Visual Feast

Drive by shooting (suite encore)

Il y a quelque temps j’avais écrit un article sur David Bradford, chauffeur de taxi photographe dont les clichés étonnants vont être en valeur prochainement en…France. C’est David lui-même qui m’a annoncé via ce blog que quelques-unes des ces œuvres allaient être mises en avant lors de l’exposition Autophoto à la Fondation Cartier de Paris, lancée dès le 20 avril (pour la réouverture de la Fondation) :

https://www.fondationcartier.com/#/en/art-contemporain/26/exhibitions/1565/upcoming/2779/autophoto/

Un tremplin non négligeable pour le photographe, qui dispose de plus de 2000 images prises de son véhicule, mais aussi d’autres types de photos. Bravo !

Pour relire mon précédent article, en anglais :

Source : Drive by shooting (suite)

Crédits : David Bradford

Colony…une série d’actualité

Oui me revoilà après plusieurs mois…mais mieux vaut tard que jamais non ? Je reviens pour vous parler de l’un de mes sujets favoris…les séries. Celle que j’ai sélectionné passe actuellement et est aussi d’actualité. La colonie, un pouvoir autoritaire, avec ceux qui suivent et ceux qui décident de résister, une ville divisée, un mur qui sépare…ça ne vous rappelle rien ? Mais si bien sûr, une époque pas si loin que ça, une guerre mondiale, un dictateur (et d’ailleurs l’acteur qui campe ce personnage est plutôt bon, entouré de drapeaux très évocateurs et pouvant perdre pied facilement au moment de prendre une décision) et l’époque actuelle avec une présidentielle qui peut nous faire penser à ces sujets aussi. Changer, ne pas changer, suivre comme des moutons ou réfléchir, oublier le passé et le mal fait pour certains, la peur…Bref je vous laisse lire cet article et bien sûr suivre la série sur TF1 : https://www.letemps.ch/culture/2017/03/07/montree-tf1-serie-colony-illustre-hantise-loccupation.


13/11/15-13/11/16

ville-de-nuit-de-bougie-1359291477_58

L’an dernier c’était le choc. Tout le monde se souvient de ce qu’il faisait ce soir-là. Pour ma part j’ai appris la nouvelle alors que j’avais fini de jouer la dernière représentation de notre pièce Puzzle avec mes copains de la troupe Epithé’âtre. Nous nous étions allés au bout de notre représentation, contrairement à ce concert qui avait été suspendu par les balles, contrairement à ces gens qui n’avaient pas pu terminer leur repas ou boisson tranquillement dans l’un des restaurants et cafés touchés par la barbarie. Nous avons cru à une blague quand ceux qui avaient vu l’information sur leur portable nous ont tenus au courant. Mais ça n’en était pas une.

Aujourd’hui j’ai encore eu les larmes aux yeux en regardant les informations, en voyant les images du concert de Sting au Bataclan rouvert. Tout ça est tellement cruel, injuste, inqualifiable finalement…Ce soir j’ai allumé une bougie pour ne pas oublier tous ces gens partis pour rien et trop tôt. Et j’essaie de positiver pour montrer à ces barbares qu’ils n’ont pas gagné et ne gagneront jamais.

 

107544126

Une actualité à lire aussi sur ce blog.

 

Sad week

Cette semaine je n’étais pas “in the mood”, et ce pour plusieurs raisons…

L’une de ces raisons, comme pour beaucoup de gens, c’était le fait d’être tombée sur le c…en apprenant la nouvelle.Quoi, les US élisaient Donald à la présidence ? Le canard ?

(toute ressemblance…)

Ah non, excusez de l’erreur, j’aurais dû dire le dindon de la farce, une farce si énorme que finalement ça n’en est pas une. Non je n’ai pas fait un mauvais rêve, je suis bien éveillée comme tout le monde. Trump a bien été élu. Je n’ai pas l’habitude de parler de politique sur ce blog, mais là j’oublie ce qui est la normale car j’ai vraiment envie de réagir. Enough of this world which is going so wrong…Comment les américains (et leur système électoral d’ailleurs) ont-ils pu décider de passer d’Obama à Trump ? Un si grand écart entre la Classe avec un grand C et tout ce qui donne envie de se révolter quand on entend les paroles haineuses qui sortent de la bouche du second… Je ne suis pas analyste politique donc je ne me lancerai pas dans de grands débats, je dirai juste (et excusez-moi d’avance pour ça ) : FUCK !

Pour couronner la tristesse de cette semaine, ne voilà-pas que j’apprends la mort du grand Léonard Cohen. Good bye Sir, vous saviez toucher un large public avec vos chansons sensibles et cette voix si spéciale. Je vous laisse jeter un œil à l’article ci-dessous qui en parle.

Tom Hawking on the death of Leonard Cohen: “It is one of life’s great ironies that wisdom comes only with experience, and it reaches its apogee just as we are deprived of the chance to use it. But Leonard Cohen, at least, has set his learnings down in words, and song.”

via Leonard Cohen Has Left Us — Discover

 

Et dans deux jours on ne sera pas plus gais…Un an déjà que tous ces jeunes, ces innocents, sont partis, tombés sous les balles de quelques fous. Le Bataclan va bientôt rouvrir au public, le 16 novembre exactement, trois jours après cette date “anniversaire” funeste. Pour que la musique continue à vivre envers et contre tout, pour que nous continuions à vivre.

Et demain est un autre jour…

“In the Cox”, ou le monde parallèle des boîtes de nuit

12be9d184bfc23097b7fcfef5127e020

Vous faites sûrement partie de ceux qui ont pénétré au moins une fois dans leur vie dans une boîte de nuit. Pour passer un bon moment entre amis, vous éclater sur le dance floor. Jeune ou moins jeune, on est tous passés par cette «case» là.

Je suis allée le mois dernier dans une boîte de nuit. Je ne vous parle évidemment pas de boîtes de nuit célèbres à Paris, encore moins à l’étranger. Savez-vous d’ailleurs que la meilleure boîte de nuit au monde se trouve au Brésil ? Green Valley est reconnue comme le meilleur club mondial par sa clientèle et le milieu professionnel qui la fréquente. Car pour estimer la «valeur» d’une boîte de nuit, on ne regarde pas seulement la taille de l’établissement, mais aussi les habitués qui vont s’y trémousser. À la Green Valley, qui peut accueillir 8000 personnes, vous avez bien entendu plusieurs pistes de danse, mais aussi des bars, une zone VIP avec des cabines privées et ses services exclusifs comprenant un agent de sécurité, une salle de dressing, une piscine, un lac artificiel. De quoi vous faire tourner la tête et celle aussi des Dj’s qui s’y pressent nombreux !

5d465_1650908

Je préfère vous parler de la Cox, une boîte de nuit locale, située entre deux routes passantes, non loin de chez moi, en pleine campagne. Invitée par une amie qui souhaitait y faire passer à sa fille sa soirée d’anniversaire pour une première, m’y voilà partie avec également un couple d’amis. Un peu plus d’un an et demi que je n’étais pas retournée danser et l’on peut dire que je n’ai pas été déçue du voyage ! La Cox c’est un monde à part, avec ses habitués : la fille qui vient tous les week-ends danser autour de la barre verticale de pole dance, celui qui se trémousse autour d’elle un peu échauffé et la fait tomber par terre, ceux qui n’osent pas bouger et vous regardent avec un air bizarre…J’ai été très surprise par toute cette « faune ». Mais à vrai dire, si on regarde bien, il y a sûrement des « personnages » typés de la même manière dans toutes les boîtes. Sauf que lorsqu’elles sont un peu plus grandes ils se « diluent » dans la foule et on les remarque moins. Les points positifs à La Cox : de la place pour danser sur la piste, des musiques variées et une bonne ambiance (!).

(photo Guide de Nuit.com) 1n2139