Makrout Girl c’est moi !

70510492_10220015613171689_6686061514798923776_n

Makrout Girl c’est l’histoire d’une héroïne qui, prise dans une recherche d’un héritage qu’on lui promet, se met à se poser aussi des questions sur elle-même. N’est-elle pas elle-même divisée, dans une sorte de quête, celle de son bonheur, de ce qu’elle souhaite faire dans la vie ? Prise dans un entre-deux, elle ne cherche qu’à se trouver ! Si vous cherchez bien d’ailleurs, Makrout Girl c’est un peu moi, un deux en un, deux personnages en un plus précisément, mais je ne vous en dis pas plus !

Les makrouts, ce sont des petits gâteaux délicieux, tellement bons que dans ma famille si on en déguste à la fin d’un repas, l’assiette repart vide à la cuisine ! C’est le côté pieds-noirs et enfants de pieds-noire qui parle !  J’ai choisi le titre de mon roman pour le côté aussi divisé en deux des makrouts avec la fine couche de dattes au milieu. Il y avait aussi le nom qui sonnait bien, avec la consonnance finale, comme une route, celles que prennent les personnages, que je prends aussi en l’occurence ou cherche à prendre.

Ecrire est quelque chose d’important dans ma famille. Un arrière, arrière, arrière…bref un aïeul Henri de Sarrauton a retranscrit Le Génie de l’Aidour, un conte algérien, dont je conserve précieusement une copie. Mon grand-père avait pris des notes sur ses campagnes militaires, que ma tante a compilées pour la famille. J’en avais déjà parlé sur ce blog, mais cette évidence est tellement présente que j’ai parfois besoin de vous en retoucher quelques mots. L’héritage, le lien…une makrout girl je vous dis !

Et pour vous donner l’envie d’un peu mieux me connaitre du coup, puisque Makrout Girl c’est un peu, beaucoup moi, pour vous évader, penser à vos prochaines vacances, mon roman disponible chez The Book Edition n’attend plus que vous ! Suivez le lien :

https://www.thebookedition.com/fr/makrout-girl-p-358355.html

19795553899

Mais allô quoi ?

Une photo vue hier sur Facebook m’a donné envie d’écrire quelques lignes sur la technologie, l’usage intempestif des téléphones portables.

Être accroc à son portable !

Je commence en avouant que moi-même il y a des périodes où je scrute pas mal les réseaux sociaux via mon téléphone, me renfermant ainsi un peu dans mon monde…Cette photo vue sur le net nous ouvre, ou nous permet plutôt de réouvrir, les yeux sur le monde actuel. Ces enfants semblent-ils malheureux alors qu’ils jouent à faire semblant de se prendre en selfie ? Pas du tout, bien au contraire !

 

51136445_2091993707575486_7715180041637724160_n.jpg

(photo Epicalyptic)

Ecole, portable, école, portable

Connaissez-vous vous aussi la réalité du « je rentre je regarde mon portable et si j’y pense je travaille » ? Il est dur de faire lâcher leur portable aux jeunes actuellement. S’il pouvait être vissé dans leurs main…du coup on en oublie qu’il y a des jeux simples sans aucune technologie qui peuvent exister, et qu’il faut alimenter sa curiosité autrement que par ses mêmes technologies pour se donner le goût du travail. Mais finalement on est tous parfois happés par les écrans et même dans les lieux les plus saugrenus.

index.jpeg

Le but est de savoir faire la part des choses, dans le temps qu’on y accorde, les choses qu’on lit bien entendu aussi et surtout, pour ne pas oublier le « vrai monde » !