On the road to guérison !

Et voilà ça c’est fait comme on dit ! Deuxième opération (je vais finir par devenir addict mdr !), celle -ci plus importante. Pour rester comme d’habitude dans l’humour, il faut dire déjà que j’ai failli arriver à la mauvaise heure (Doctolib annonce un changement pour le matin, les secrétaires ne peuvent pas me dire pourquoi, et la clinique me répond que c’est toujours à 13h, avant enfin une confirmation du bon horaire par mail par le médecin…oufff !). Opération du coup matinale, mais comme ça plus vite je passe sur le billard, plus vite c’est fini ! Même schéma que pour l’autre fois, j’attends dans ma belle combi bleue tendance.

On vient me chercher, petites émotions dans le peu de temps que je passe dans la salle pré-op, vite ravalées car je sais que tout ça c’est pour mon bien. Allez, un autre dodo en douceur !

Réveil légèrement douloureux, la poche de froid est de nouveau mon amie ! Petite « sieste » d’après anesthésie, je n’ai droit de boire que quelques gouttes vers 17h, je ne peux me lever qu’accompagnée la première fois. Ouf le dîner arrive (enfin tout sauf gastronomique : soupe, jambon, purée, compote…un repas de reconstitution en fait ! Mais où est le foie gras et le champagne ?!!) ! C’est bientôt l’heure de se rendormir, la fatigue aidant. Passages de nuit des infirmiers (j’ai même loupé celui de 3h, ou plutôt pas eu le droit à celui-là car je dormais trop profondèment!). Le chirurgien revient le matin. J’ai eu le temps depuis hier soir de regarder l’emplacement où était mon sein gauche, caché sous le pansement. Le travail de deuil a fonctionné, je ne suis pas choquée. Je sais que je vais retrouver ensuite un autre sein. Ce ne sera pas le même, mais il n’y aura plus ce fichu cancer caché dedans. Je peux sortir dès la fin de matinée. Trois semaines d’arrêt, ça va faire du bien de se poser, tranquillement, de prendre soin de moi !

Merci à tous mes proches, familles, amis pour tous les messages de soutien, appels réguliers. C’est ce qui accompagne dans la guérison !

Savoir prendre soin de soi

Après une opération comme celle que j’ai subi il faut apprendre à se recentrer sur soi et ce n’est pas évident, surtout lorsque comme moi on ne tient pas trop en place. Premiers jours déjà il faut dire quelques douleurs, ça tire, et ma nouvelle amie s’appelle poche de petits pois surgelés, pendant deux jours avant de passer par une vraie poche de froid. Mon programme : canapé, séries, sieste. Puis deux jours après l’opération première venue de l’infirmier. C’est bien car c’est rassurant. Je ne peux regarder la cicatrice que le lendemain. Je pensais être plus perturbée mais ça va. Le chirurgien a fait un boulot top, les douleurs s’estompent petit à petit et la cicatrice est plutôt belle. Je reprends la marche. Ce qui est dur : le confinement. Même si je suis maintenant une personne à risques et que j’aurais fait de toute manière très attention, ne pas pouvoir voir plus de monde pour se changer les idées, être limitée dans le rayon de marche (bien entendu je ne vois pas faire malgré tout 10 km d’un coup), c’est compliqué. Mes nuits sont parfois un peu courtes car on ne dirait pas mais le stress est là, inconsciemment. Allez bientôt le rendez-vous chez le chirurgien pour le suivi.

Et après le mot de 6 lettres ?

Bon après ce mot (avec lequel malheureusement je n’ai pas assez de lettres pour faire un scrabble!), voici venu le temps…non pas des rires et des chants mais de la digestion, une bonne digestion car le plat servi était un peu lourd ! J’en parle, je pleure, et puis j’essaie de positiver, ce qui est quand même l’un des atouts de ma nature, mais parfois ce n’est pas facile ! Mais c’est vrai que l’une des questions qui me vient c’est « pourquoi moi »? Il n’y a pas de vrai raison m’a t-on dit. J’ai posé la question du « pourquoi moi » à mon médecin ma gynéco, mon psy…tous m’ont répondu pareil. Ce fichu cancer (car oui il faut dire le mot) couvait là, tranquille, et hop un jour il décide de se déclarer car il n’a rien d’autre à foutre le gars lol ! Oui je m’ennuie un peu, là, entre deux eaux, allez, si j’éclatais au grand jour ! Il faut maintenant avancer, faire avec, et faire tout pour qu’il disparaisse et que ça ne reste qu’une mauvaise période. J’en aurais fait en tout cas des analyses, découvert des machines…et ce n’est pas fini !

Re rendez-vous avec Mme Sie, pour vérification d’une seconde zone, vue avec l’inénarrable Rocky Machine, puis re avec mon chirurgien pour positionner la date d’intervention. C’est parti !!

Avant l’opération, je précise que je suis repassée voir l’Inénarrable, elle me manquait trop (pfff!) ! Failli louper l’examen car juste reçu l’info par mail. Et oui il fallait bien repérer la fameuse zone !

La suite au prochain épisode !